Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

277 articles avec news

"Le Rayon de Soleil de l'enfant étranger" finance l'envoi de 2 containers de Vendée-Akamasoa pour le père Pedro

Publié le par Vendée-Akamasoa

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR MIEUX LES VISIONNER : Le père Pedro et ses protégé(e)s. Patrick Boonefaes, président de l'association Vendée-Akamasoa (debout à droite) en septembre 2019 à Madagascar pour la venue du pape François, et le logo de l'association donatrice (Reproductions interdites sans autorisation)
CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR MIEUX LES VISIONNER : Le père Pedro et ses protégé(e)s. Patrick Boonefaes, président de l'association Vendée-Akamasoa (debout à droite) en septembre 2019 à Madagascar pour la venue du pape François, et le logo de l'association donatrice (Reproductions interdites sans autorisation) CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR MIEUX LES VISIONNER : Le père Pedro et ses protégé(e)s. Patrick Boonefaes, président de l'association Vendée-Akamasoa (debout à droite) en septembre 2019 à Madagascar pour la venue du pape François, et le logo de l'association donatrice (Reproductions interdites sans autorisation)

CLIQUER SUR LES PHOTOS POUR MIEUX LES VISIONNER : Le père Pedro et ses protégé(e)s. Patrick Boonefaes, président de l'association Vendée-Akamasoa (debout à droite) en septembre 2019 à Madagascar pour la venue du pape François, et le logo de l'association donatrice (Reproductions interdites sans autorisation)

L'association "Le Rayon de Soleil de l'enfant étranger" a décidé de financer le transport de 2 prochains containers de l'association Vendée-Akamasoa, plusieurs dizaines de tonnes à chaque fois de produits de première nécessité, pour les protégé(e)s du père Pedro.

Que l'association "Le Rayon de Soleil de l'enfant étranger" et ses généreux donateurs soient chaleureusement remercié pour ce don de 12.800 euros, car les transports de plusieurs semaines, en bateaux, de containers humanitaires de marchandises ont un coût non négligeable ! Merci également aux Sud-Vendéens Évelyne et Jacky Brunet pour leur collaboration relationnelle.

Fondée en 1976 par Madame le docteur Marie-Antoinette Lemire, l’association Le Rayon de Soleil de l’Enfant étranger est régie par la loi de 1901 et reconnue d’intérêt général. C’est un organisme Autorisé pour l’Adoption (OAA), par l’arrêté du 7 juillet 1978 à servir d’intermédiaire de placement en vue d’adoption de mineurs originaires de pays étrangers.

L'association sert également d’intermédiaire pour le parrainage d’enfants, apporte son aide à des crèches, des orphelinats, des centres d’enfants handicapés, en Chine, en Corée du Sud, en Haiti, en Inde, à Madagascar, au Mali, en Centrafrique, en Roumanie ou au Vietnam...

SITE OFFICIEL de L'ASSOCIATION "LE RAYON DE SOLEIL DE L'ENFANT ÉTRANGER" → Cliquez ici

Partager cet article

Repost0

Épidémie de Covid-19 à Madagascar : des aides pour le père Pedro

Publié le par Vendée-Akamasoa

Le père Pedro et la ministre de l'Environnement Baomiavotse Vahinala Raharinirina © Reproduction de toutes les photos du site Vendée-Akamasoa interdite sans autorisation.

Le père Pedro et la ministre de l'Environnement Baomiavotse Vahinala Raharinirina © Reproduction de toutes les photos du site Vendée-Akamasoa interdite sans autorisation.

En cette époque difficile de pandémie de Coronavirus aussi pour Madagascar, et les protégées précaires de Pedro Opeka, la solidarité est présente régulièrement pour Akamasoa.

Ainsi, début avril, le gouvernement malgache, par l'intermédiaire de la ministre de l'environnement Baomiavotse Vahinala Raharinirina a offert au profit de l'association du père Pedro : 10 tonnes de produits de première nécessité (PPN), un chargement composé de 5 tonnes de riz, 1.000 litres d’huile, 1 tonne de sucre et koba aina, 2,5 tonnes de lentilles, 1.000 morceaux de sel, 1.000 morceaux de savons.

TOUT LIRE EN → EN CLIQUANT ICI

Déchargement du camion de PPN donné par le gouvernement malgache.

Déchargement du camion de PPN donné par le gouvernement malgache.

Une importante délégation de l’Église MRES de Madagascar à Antananarivo dirigée par le pasteur Fidy ont également apporté une aide alimentaire au Centre d’Accueil Mangarivotra, où habitent 534 personnes en permanence.

TOUT LIRE EN → EN CLIQUANT ICI

La délégation de l’Église MRES de Madagascar à Antananarivo dirigée par le pasteur Fidy avec le père Pedro.

La délégation de l’Église MRES de Madagascar à Antananarivo dirigée par le pasteur Fidy avec le père Pedro.

Enfin le Groupe Aquarelle est venu partager avec le peuple d’Akamasoa une aide humanitaire.

TOUT LIRE EN → EN CLIQUANT ICI

La délégation du Groupe Aquarelle.

La délégation du Groupe Aquarelle.

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

L'école de Besely à Madagascar, oeuvre de Charles Gassot : une complicité avec le père Pedro

Publié le par Vendée-Akamasoa

Le père Pedro et Charles Gassot © Écoles du monde - Madagascar

Le père Pedro et Charles Gassot © Écoles du monde - Madagascar

C'est une rencontre avec le père Pedro lors d'un tournage qui a inspiré l'ancien producteur de cinéma, Charles Gassot, à fonder l'École de Besely à Madagascar, avec son association Écoles du monde...

La Cité de la peur, Le bonheur est dans le pré, Tanguy, le Goût des autres, sont parmi les films célèbres que Charles Gassot a produits. Mais ce sont ses écoles dans la brousse son Grand Oeuvre, et humanitaire en plus. Depuis 1997, après sa rencontre lors d'un tournage avec le père Pedro, Charles Gassot oeuvre aussi pour scolariser les enfants pauvres de Madagascar, avec son association Écoles du monde, qui a toujours besoin de dons pour continuer (CLIQUER ICI).

Charles Gassot a ouvert une école à Besely, dans le nord-ouest de l'île rouge. Mais son association, aidée notamment par la Fondation Luciole (Institut de France) et la Fondation ADP (Aéroports de Paris), c'est depuis 20 ans : quelque 15 écoles, de la petite enfance au collège, 158 puits, 5 dispensaires, 200 hectares d'arbres plantés, mais surtout une scolarisation de 12.500 enfants qui a sédentarisé 30.000 personnes...

Charles Gassot est passé récemment par l'émission Télématin pour présenter l'ONG Écoles du Monde et ses actions entreprises pour faire vivre l'école de Besely à Madagascar. Une école qui utilise les nouvelles technologie, des cours d'astronomie dans la brousse, etc.

VISIONNER ICI ↓

Évidemment la complicité entre le père Pedro et Charles Gassot est restée intacte, une amitié qui trouve ses racines dans deux combats égaux pour combattre la pauvreté à Madagascar, et sortir les gens par le dignité, dont le travail, et les enfants de la misère par la scolarisation...

Le père Pedro et Charles Gassot ↓

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

Pandémie de Coronavirus à Madagascar : "On est en grande difficulté" selon père Pedro

Publié le par Vendée-Akamasoa

Le père Pedro va en voiture dispenser ses conseils à la population d'Akamasoa (Reproductions interdites des photos sans autorisation). Et au plus proche de ses protégé-e-s en respectant les règles sanitaires bien sûr (photo Ana Soberon).
Le père Pedro va en voiture dispenser ses conseils à la population d'Akamasoa (Reproductions interdites des photos sans autorisation). Et au plus proche de ses protégé-e-s en respectant les règles sanitaires bien sûr (photo Ana Soberon).

Le père Pedro va en voiture dispenser ses conseils à la population d'Akamasoa (Reproductions interdites des photos sans autorisation). Et au plus proche de ses protégé-e-s en respectant les règles sanitaires bien sûr (photo Ana Soberon).

Madagascar compte désormais 72 cas confirmés de coronavirus, aux premiers jour d’avril 2020. Le père Pedro s’alarme sur la situation inquiétante dans la Grande île.

« Cette crise de coronavirus, ça va doubler la difficulté de toutes ces familles qui vivent déjà dans une situation très très difficile. Entre dimanche et aujourd’hui, nous avons eu encore dix nouveaux cas. À Akamasoa, nous avons stoppé tous les travaux , ce sont 3.000 personnes qui ne travaillent pas, c’est très difficile. »

Sa déclaration en audio ↓

(si l'enregistrement ne démarre pas automatiquement, cliquez sur la flèche en bas à gauche de l'écran)

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

Coronavirus : 20.000 oeufs et 600 masques pour Akamasoa

Publié le par Vendée-Akamasoa

20.000 oeufs pour les protégé(e)s du père Pedro (Reproduction interdite des photos)

20.000 oeufs pour les protégé(e)s du père Pedro (Reproduction interdite des photos)

En ces temps douloureux de pandémie du Coronavirus, les plus pauvres sont aussi parmi les plus exposés. À Madagascar, le père Pedro se félicite de deux initiatives au bénéfice de ses protégé(e)s d'Akamasoa...

"La première dame de Madagascar Mialy Rajoelina nous a envoyé le vendredi 27 mars 20.000 œufs avec l'association Fitia pour les partager à la population d’Akamasoa. Nous remercions de tout cœur le président de la République Andry Rajoelina et son épouse d’être engagés en première ligne dans ce combat contre le coronavirus. Le plan social du président est un geste concret de solidarité qui donne de l’espoir dans ce temps difficile à des milliers des compatriotes les plus démunis.

Par ailleurs, la société Akanjo nous a offert 600 masques confectionnées par leur entreprise pour les responsables et le peuple d’Akamasoa. Nous remercions vivement cette entreprise qui déjà plusieurs fois nous a secourus et qui est toujours très sensible à notre Action Humanitaire et Sociale."

Coronavirus : 20.000 oeufs et 600 masques pour Akamasoa

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

Télévision Malagasy : portrait du père Pedro

Publié le par Vendée-Akamasoa

Dimanche 29 septembre 2019, le père Pedro reçoit des mains du président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, la décoration de Commandeur du Grand Croix de deuxième Classe, et ce au stade Saint Pierre Andralanitra (Reproduction interdite sans autorisation).

Dimanche 29 septembre 2019, le père Pedro reçoit des mains du président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina, la décoration de Commandeur du Grand Croix de deuxième Classe, et ce au stade Saint Pierre Andralanitra (Reproduction interdite sans autorisation).

L'hommage en vidéo de la Télévision Malagasy au père Pedro...

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

À Madagascar, la vie s'organise, ou se désorganise, face à la pandémie de coronavirus...

Publié le par Vendée-Akamasoa

À Madagascar, les travailleurs pauvres tentent de fuir la capitale, Antananarivo. Face à l’épidémie de coronavirus et au confinement, ils ne peuvent plus travailler. L’exode vers les campagnes est leur seule solution…

Le «  business » autour du coronavirus se porte bien et certains commerçants réalisent de bonnes affaires : « Avant, je vendais du dentifrice et je gagnais 10 000 ariarys par jour (2,50 euros). Maintenant que je vends des masques, je rentre chez moi avec 30.000 ariarys chaque nuit (7,50 euros) », avoue Tsiry Salesman, un commerçant.

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

Pandémie du coronavirus : inquiétude aussi à Akamasoa

Publié le par Vendée-Akamasoa

Pendant l'épidémie à Madagascar, le père Pedro reste au plus près de ses protégé(e)s (Reproductions des photos interdites sans autorisation)

Pendant l'épidémie à Madagascar, le père Pedro reste au plus près de ses protégé(e)s (Reproductions des photos interdites sans autorisation)

« Vendredi 20 mars 2020, le président de la République s’est adressé officiellement à tout le peuple de Madagascar pour annoncer que le Coronavirus est déjà présent dans le pays par trois personnes testées positives. Dans cette même allocution, le président a interdit tout rassemblement des personnes, des  compétitions sportives, et a aussi décrété la fermeture de toutes les écoles. La Conférence des Évêques de Madagascar par intermédiaire du Cardinal avait demandé aux chrétiens de ne pas se rendre à la messe le dimanche à l’Église mais de prier en famille dans leurs maisons. Ainsi le père Pedro a dû célébrer l’eucharistie à Akamasoa sans la présence physique du Peuple de Dieu. C’était vraiment étonnant et indescriptible de voir ce lieu de prière vide quand d’habitude est toujours plein d’enfants, de  jeunes, d’adultes et des frères et sœurs touristes de plusieurs pays. »

Pedro Opeka célèbre lui aussi la messe seul, dans cet espace d'habitude bondé de plusieurs milliers de fidèles.

Pedro Opeka célèbre lui aussi la messe seul, dans cet espace d'habitude bondé de plusieurs milliers de fidèles.

« Le président a encore parlé le dimanche soir 22 mars pour annoncer des nouvelles mesures restrictives pour faire barrage à la pandémie à Madagascar. Ce même soir, il a décrété « l’état d’urgence sanitaire » et aussi le confinement de toutes les personnes dans leurs maisons. Cela veut dire que beaucoup de lieux de travail seraient fermés et les ouvriers devraient rester à la maison. La population la plus vulnérable qui est la plus nombreuse dans la capitale a commencé à se plaindre du confinement en disant : Si nous ne travaillons pas, qu’est ce que nous allons manger ? Tout de suite, le président a créé un « plan social » pour aider cette couche de la population la plus pauvre et délaissée. La réalisation de ce plan social pourra amener des problèmes de sécurité puisque un peuple affamé est difficile à maitriser. Il nous faudra apprendre à aider d’une façon effective dans le plus grand ordre cette population en difficulté quotidienne. »

« À Akamasoa, depuis 21 mars, nous nous réunissons tous les matins avec le corps médical, les éducateurs, les responsables de villages pour faire le point sur la situation parmi les familles d’Akamasoa. Nous avons décidé à suivre toutes les mesures officielles demandées par le président de la République pour lutter efficacement contre le virus Covid19. Nous sentons parmi  les responsables d’Akamasoa un sentiment profond de responsabilité et une prise de conscience profonde de la gravité du moment. Nous constatons également que des nouvelles solidarités d’entraide naissent parmi les familles. « L’amour est inventif à l’infini » disait Saint Vincent de Paul. Mais  nous nous apercevons que le confinement n’est pas suivi correctement parmi les familles les plus pauvres, puisque la lutte pour la survie est plus forte que la loi de l’État. En plus, ces familles démunies, ce sont elles qui ont le plus grand nombre d’enfants. Et comment confiner tant de petits enfants à être enfermés dans des maisons de 10 à 30 m2 ? La plus grande partie de notre population vit le jour au jour. Personne ne possède un stock de nourriture dans leurs maisons. »

Pandémie du coronavirus : inquiétude aussi à Akamasoa

« Cette pandémie pourrait bien changer notre manière de vivre, de pensée, d’agir et de partager  dans chaque pays, dans chaque paroisse, dans chaque institution, dans chaque entreprise et dans chaque famille. Pour des personnes qui savent réfléchir, rien ne sera plus pareils comme avant. Depuis des années, nous voyons un peu partout un laisser-aller et indifférence face aux problèmes sociaux, un manque de responsabilité dans la vie de tous les jours et une légèreté de relations humaines, et tout cela se manifestera actuellement par une indiscipline des personnes qui veulent toujours en faire à leur guise. Cet incivisme, nous allons le subir tous ensemble, mais il n’est jamais trop tard devant une pandémie de changer, de revenir vers les valeurs du respect mutuel, du respect du bien commun et de nous donner tous ensemble la main pour vaincre cette maladie. Pour faire face à un tel péril comme le Covid19,  il faut d’abord être vrai et dire la vérité sur tous les domaines de la vie sociale, respecter la transparence, chercher à tout prix l’unité et accepter la discipline. Sans cela on ne peut pas arrêter ce fléau. »

«À Akamasoa, avec les responsables et tout le peuple, nous allons faire de notre mieux pour unir toutes nos forces et rester ensemble pour lutter contre cette pandémie. Plus que jamais, la prière est une force qui nous aide à garder l’espérance pour avancer et tenir debout.

Ensemble prions les uns pour les autres.

Que Dieu nous protège et nous bénisse. »

Avec le père Pedro, toute l’équipe d’Akamasoa.

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

Pandémie de coronavirus COVID-19 : le père Pedro visite les habitants dans le quartier de Mangarivotra

Publié le par Vendée-Akamasoa

Photos Ana Soberon

Photos Ana Soberon

À Madagascar aussi, le confinement contre la pandémie de Covid-19 bouleverse la vie des habitants et particulièrement des plus pauvres, comme à Akamasoa.

Le père Pedro envoie des nouvelles et des images de sa visite aux habitants, "dans le quartier de Mangarivotra"

À LIRE SUR LE COMPTE FACEBOOK D'ANA SOBERON CLIQUEZ LÀ

Pandémie de coronavirus COVID-19 : le père Pedro visite les habitants dans le quartier de Mangarivotra

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

Le message du père Pedro devant la carrière vide de Bemasoandro, à cause du confinement aussi à Madagascar

Publié le par Vendée-Akamasoa

Le père Pedro seul, jeudi 26 mars 2020, dans la carrière de Bemasoandro, vidée par la coronavirus avec le confinement à Madagascar (reproduction interdite sans autorisation)

Le père Pedro seul, jeudi 26 mars 2020, dans la carrière de Bemasoandro, vidée par la coronavirus avec le confinement à Madagascar (reproduction interdite sans autorisation)

 « Chers amis, jeudi 26 mars 2020, je suis passé dans la carrière de Bemasoandro où travaillent 380 personnes tous les jours. En cette période de confinement, personne, sauf le silence et une légère brise » constate le père Pedro (photo ci-dessus) en ces temps graves pour pandémie de Coronavirus, et où les Malgaches sont aussi touchés par l'épidémie et des mesures drastiques pour s'en préserver. Le travail supprimé touche davantage encore les plus pauvres...

La "Cathédrale" carrière de pierre creusée au fil du temps par les protégé(e)s du père Pedro (Reproduction interdite sans autorisation)

La "Cathédrale" carrière de pierre creusée au fil du temps par les protégé(e)s du père Pedro (Reproduction interdite sans autorisation)

La carrière, comme cette autre carrière symbolique où Pedro Opeka fait la messe en plein air ; une image biblique d'une "cathédrale" à ciel ouvert dont les habitants d'Akamasoa sont les fondations colorées.

Symbole de son engagement, le père Pedro célèbre ses messes dans une immense carrière, donc, où son association dès le départ a durement récupéré les pierres des bâtiments édifiés notamment pour héberger les pauvres. Un lieu qu’il a baptisé la Cathédrale : « C'est la cathédrale. Nous l'appelons une cathédrale parce qu'Akamasoa était plantée sous terre. En Europe, une cathédrale est construite sur le sol. Celle d'Akamasoa a été creusée à la main. »

Image biblique à Akamasoa, la cathédrale du père Pedro, carrière de pierres creusée par les pauvres pour édifier des bâtiments au fil des années (Reproduction interdite)...

Image biblique à Akamasoa, la cathédrale du père Pedro, carrière de pierres creusée par les pauvres pour édifier des bâtiments au fil des années (Reproduction interdite)...

Le dimanche 8 septembre 2019, le pape François est venu prier avec les travailleurs et travailleuses à Akamasoa : « Que nos enfants ne soient pas contraints à travailler, mais puissent aller à l’école ». C’est l'une des suppliques adressées par le Saint-Père au Seigneur lors de sa visite à la carrière de granit de Mahatazana, dont l’exploitation fait partie des activités de la Cité de l’Amitié du père Pedro.

↓ VOICI LA VIDÉO DU PAPE LORS DE SA PRIÈRE À LA CARRIÈRE DE MAHATAZANA LE DIMANCHE 8 SEPTEMBRE 2019 ↓

Publié dans News

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 > >>